BLOG

Tribune – Thermographie Aérienne

Les drones, atouts méconnus de la transition énergétique ?


En décembre dernier, à l’issue d’un débat public de plusieurs mois, le gouvernement
présentait la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), une feuille de
route destinée à piloter la politique énergétique du pays. Et celle-ci, sans surprise,
attache une importance particulière à la hausse des énergies renouvelables dans le
mix électrique tricolore (+ 25 % d’ici 2035) et à la réduction de la consommation
d’énergie finale (– 50 % d’ici 2050). L’objectif, in fine, étant de diminuer les émissions
de gaz à effet de serre (GES) de l’Hexagone de 40 % d’ici 15 ans. Ce qui ne pourra
se faire, selon le gouvernement, sans un développement de l’énergie photovoltaïque
et une meilleure isolation de nos bâtiments.


Émissivité des parois


Alors que la France compte actuellement un peu moins de 7 millions de logements
mal isolés, le secteur résidentiel-tertiaire pèse 45 % de nos consommations
énergétiques globales. Et environ 27 % de nos émissions de gaz polluants. De
mauvais résultats qui avaient poussé Jacques Mézard, alors ministre de la Cohésion
des territoires en novembre 2017, à affirmer que « la réussite de la transition
écologique repose notamment sur le secteur du bâtiment, qui constitue un des leviers
principaux pour relever le défi climatique ». Le gouvernement de prévoir une
enveloppe de 14 milliards d’euros pour le financement de la rénovation de 500 000
habitats par an, et une autre d’1,8 milliard d’euros, dévolue au parc immobilier de
l’Etat, dont un quart des bâtiments devront être rénovés d’ici 2022.
Encore faut-il savoir précisément où se trouvent les déperditions d’énergie dans le
bâti. Car il serait absurde d’engager de l’argent de manière inutile, alors que la
rénovation de la pierre doit permettre des économies… Raison pour laquelle, depuis
de nombreuses années, les thermiciens et les collectivités locales ont recours à
l’imagerie infrarouge, afin de visionner les zones de chaleur et établir le meilleur
diagnostic possible. Problème : lorsque les bâtiments sont trop rapprochés ou
inaccessibles, les « simples » caméras thermiques ne suffisent plus. Sauf si elles sont
embarquées sur un drone. La thermographie aérienne étant l’unique moyen,
aujourd’hui, de prendre des clichés infrarouges avec un angle toujours optimal –
perpendiculaire à la surface du bâtiment.
Moins volumineux et moins contraignant que les échafaudages et autres nacelles,
les « aéronefs circulant sans personne à bord », selon la nomenclature de la direction
générale de l’aviation civile (DGAC, sous tutelle du ministère de la Transition
écologique et solidaire), offrent surtout de bien meilleurs clichés. Et les données
thermiques captées, bénéficiant d’une résolution supérieure, sont plus fiables et
exhaustives que celles d’un appareil « au sol ». Evoluant à quelques mètres seulement
des surfaces à analyser, les drones permettent ainsi de « lire » l’émissivité – ou la
Tribune – Thermographie aérienne – Amaury TOUZELET
capacité d’une surface à absorber et émettre de l’énergie – des parois d’un bâtiment
de manière optimale, indique Alexandre Capelle, thermicien. Qui note également le
faible coût de l’opération. Et, par conséquent, la compétitivité du drone par rapport
aux hélicoptères et autres ULM munis de caméras.


« Fermes photovoltaïques »


La thermographie aérienne a également un rôle de premier plan à jouer en matière
d’énergie solaire. Elle-même appelée à se développer grandement, en France – 5ème
potentiel d’ensoleillement européen –, puisque le nombre de panneaux
photovoltaïques devrait croitre largement dans les prochaines années. En raison,
notamment, d’un coût de production de plus en plus compétitif (55 euros le
mégawattheure), très proche de celui du nucléaire. Sans compter que le
gouvernement incite de plus en plus à l’autoconsommation, dans les foyers comme
sur les lieux de travail. Et prévoit à ce titre crédits et autres exonérations fiscales à
destination des particuliers et des entreprises qui consommeraient leur propre
électricité solaire.
Certains estiment ainsi que les « fermes photovoltaïques », ces champs de panneaux
bien ordonnés, deviendront monnaie courante. Dans le Lot-et-Garonne, par exemple,
un vaste projet de parc photovoltaïque est en cours ; 8 ou 9 fermes réparties sur près
de 2 000 hectares, soit l’équivalent de 3 000 terrains de football. Difficile, dans ces
conditions, de traquer les « Hot Spot » (ou cellules défectueuses), à moins d’avoir
recours à la prise de vue aérienne. « Ce qui est bien, grâce au drone, c’est qu’il vous
offre une nouvelle paire d’yeux. Son imagerie thermique aide à visualiser les
problèmes sur une plus grande échelle, ce qui permet de prendre du recul,
contrairement aux analyse normales », explique Julien Waehlti, responsable du pôle
photovoltaïque chez Romande Energie, entreprise de production d’énergie
spécialisée dans le renouvelable.
Lorsqu’une cellule est défectueuse, la photographie fait ainsi apparaître des écarts
colorimétriques à l’endroit de la déperdition de chaleur. Un phénomène qui n’a pas
besoin de matériel spécifique pour être lu, puisqu’il est visible immédiatement à l’oeil
nu. Si bien qu’un site de 4 000 panneaux ne nécessitera que quelques minutes de
survol. Un gain de temps, mais également d’argent. Car la dimension économique de
la transition énergétique doit être rappelée. Si la « révolution verte », d’un côté, doit
permettre des factures allégées pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques,
elle invite, de l’autre, de nouvelles structures – que l’on appelle start-ups la plupart du
temps – à prendre part à la croissance verte. Les drones n’étant pas, à proprement
parler, des instruments de transition énergétique. Mais des atouts, plutôt.

Partager l'article sur vos réseaux !